Entretien d’embauche : les 3 échecs dont il faut parler

Pas facile d’évoquer ses échecs face à un recruteur… Pourtant, ça peut jouer en votre faveur. Voici 3 exemples de plantage que vous avez intérêt à mentionner. On vous dit comment à travers cet article.

1 - Un projet qui a tourné court

« Parler brièvement d’un projet qui n’a pas abouti, c’est faire preuve d’une certaine humilité. C’est la preuve que le candidat est conscient des axes d’amélioration à travailler. « Mais évidemment, pas question de faire un monologue sur un échec pendant l’entretien ! » prévient-elle.

L’exemple : « Un candidat a un jour expliqué qu’il avait créé sa petite entreprise de transport mais, ayant mal ficelé son business plan, il a dû cesser son activité au bout de deux ans. Il a reconnu qu’il avait davantage le profil d’un salarié que l’âme d’un entrepreneur. Son honnêteté et sa transparence ont été payantes. Il a été embauché »


2 - Un objectif pro non atteint

Évoquer une mission écourtée ou une période d’essai non validée instaure un « climat de confiance et de transparence ». « Cela permet aussi au recruteur d’apprécier les facultés de résilience du candidat : comment il s’est servi de cet échec pour rebondir, en interne, ou en externe ; quelles leçons il en a tiré par la suite »


3 - L’erreur de parcours

Mentionner une faute d’aiguillage, un mauvais choix d’orientation, le fait d’avoir accepté un poste en décalage avec sa formation ou d’avoir fait un choix professionnel en désaccord avec ses ambitions profondes, par exemple, permet d’apprécier votre faculté à vous remettre en cause. « Nous cherchons à savoir quels enseignements le candidats tire de ses échecs » .

Source.

Partagez vos avis

Participez à l'amélioration du site en envoyant vos commentaires:

Vous êtes ?
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur Lire plus