Enquête Decoding Global Talent : Ce que recherche la main d'œuvre du secteur de l'industrie

Cet article fait partie de la série Decoding Global Talent du BCG et The Network’s, qui enquête sur les différentes manières d’accomplir les diverses tâches de la part des travailleurs partout dans le monde, afin de connaitre les tendances d’évolution des attentes de la main d’œuvre sur le long terme.

Les entreprises du secteur de l’industrie sont sous pression. Entre le fait de réussir leur transformation digitale et moderniser leur processus de travail pour un modèle bien plus respectueux de l’environnement, ils font face à une série de problèmes liés aux nouvelles attentes de leurs employés.

Il est à noter que les attentes des employés dans les différentes entreprises partout dans le monde, ont fortement évolué depuis la crise sanitaire liée à la COVID-19.

Ces dernières années, l’intérêt de déménager pour changer de travail a fortement régressé, ce qui laisse place à une grande concurrence entre les différents employeurs pour recruter les talents qui correspondent le mieux à un post proposé dans leur région.

Néanmoins, la situation n’est pas si désastreuse pour les entreprises, et ce principalement car les cols blancs et bleus sont prêts à acquérir de nouvelles compétences, qui leur permettraient d’accéder à de nouvelles opportunités de développement dans le cadre professionnel. Bon nombre d’entre eux est désireux de travailler pour une entreprise qui partage le même point de vue sur les questions sociales et environnementales modernes. Ces informations proviennent d'une enquête mondiale effectuée auprès d'environ 16 600 employés travaillant dans plus de 20 catégories d'emploi différentes dans des entreprises du secteur de l’industrie. Ils faisaient partie des 209 000 personnes interrogées dans 190 pays par le BCG et The Network, une alliance mondiale de sites Web de recrutement, pour la série Decoding Global Talent.

 

Une main d’œuvre fortement impactée par la pandémie COVID-19

Les travailleurs du secteur de l’industrie sont nombreux à avoir perdu leurs emplois durant la crise sanitaire liée à la COVID-19.

Bon nombre d’entre eux s’est retrouvé avec un allégement en termes d’heures à effectuer, représentant un pourcentage très élevé si on le compare aux travailleurs opérant dans d’autres secteurs, en mettant à part ceux qui opèrent dans le secteur du tourisme, des médias et des services professionnels.

Les travailleurs manuels dans les secteurs de la fabrication, l'exploitation minière, l'agriculture et la logistique ont été les plus touchés. Plus d'un travailleur sur cinq (21 %) a été licencié et 20 % d’entre eux ont vu leurs heures de travail se réduire.

Parmi les travailleurs qualifiés de l'industrie, 14 % ont été licenciés et 17 % ont vu leurs heures de travail réduites.

La pandémie a un effet direct sur l’avis des employés à l'égard du travail qu’ils effectuent, comme l'indiquent les principales mesures du climat de travail dans les différentes entreprises.

Le ressenti concernant le bien-être personnel, l'équilibre entre vie professionnelle, vie privée et efficacité a lui aussi diminué. La satisfaction à l'égard de la qualité du leadership de leur organisation et de la collaboration au sein de l'équipe a elle aussi, fortement diminuée.

 

Un changement massif des préférences en matière de travail

Les employés du secteur de l’industrie se sont adaptés à de nouvelles méthodes de travail pendant la pandémie, et souhaitent ainsi conserver une certaine flexibilité quant au lieu et au moment où ils travaillent. Plus de la moitié (55 %) des travailleurs qualifiés du secteur souhaitent désormais travailler à distance, à savoir deux ou trois jours par semaine. En outre, 70 % de la main d’œuvre préférerait travailler à distance au moins une partie du temps, bien que la réalité d'un tel arrangement puisse varier considérablement selon le secteur d’activité et le poste occupé.

La pandémie a également modifié les aspects du travail que les employés du secteur de l’industrie apprécient particulièrement.

Le maintien d’un bon équilibre entre vie professionnelle et privée, ainsi que de bonnes relations au travail est devenu une priorité pour les employés.

De plus, le maintien et le développement de relations solides avec ses supérieurs a lui aussi gagné en matière d’importance durant la pandémie, et ce, quel que soit le type de poste occupé.

 

L'intérêt pour les emplois virtuels internationaux augmente

L'intérêt du travail à distance a conduit 55% des travailleurs du secteur de l’industrie à déclarer qu'ils étaient prêts à travailler en ligne pour un employeur basé dans un autre pays ou une autre région, en particulier pour les organisations ayant leur siège en Allemagne, aux États-Unis, en Australie et au Canada.

De moins en moins d'employés sont désireux de se déplacer physiquement dans une autre région pour une opportunité de travail, poursuivant un déclin que nous suivons depuis notre première enquête mondiale sur les talents, effectuée en 2014. Seulement 50% de la main-d'œuvre des biens industriels était prête à se déplacer à l'étranger pour travailler en 2020, contre 67% en 2014. L’Allemagne est la destination la plus prisée par les travailleurs du secteur des biens industriels, suivi par le Canada, les Etats-Unis, l’Australie et le Japon.

 

Les travailleurs du secteur de l'industrie sont désireux d'apprendre

Les travailleurs de l'industrie craignent la menace croissante que l'automatisation fait peser sur leurs moyens de subsistance et sont prêts à se recycler ou à améliorer leurs compétences en conséquence. Sur l'ensemble de la main-d'œuvre, 45 % des travailleurs de première ligne et 39 % des travailleurs intellectuels ont déclaré que la question de l'automatisation ou du remplacement de leur emploi par la robotique avait gagné en importance au cours de l'année écoulée, et 69 % sont prêts à se recycler, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne recensée dans les autres secteurs.

Les employés en début et en milieu de carrière sont les plus enclin à se recycler, peut-être parce qu'il leur reste plus d'années à travailler que les travailleurs plus âgés, pendant lesquelles ils pourraient mettre à profit leurs nouvelles compétences. Les employés du secteur des biens industriels en Afrique et au Moyen-Orient sont plus disposés à consacrer du temps à l'acquisition de nouvelles compétences que les répondants d'Europe et d'Amérique.

Soixante pour cent des travailleurs du secteur de l’industrie consacrent, en moyenne quelques semaines par an à la formation. Seul 56% des ouvriers de l'industrie consacrent ce temps-là à la formation, soit la proportion la plus faible de toutes les industries étudiées. La faible participation à la formation est probablement due au fait que les entreprises du secteur de l’industrie concentrent leur formation sur les questions de santé, de sécurité et d'environnement plutôt que sur l'amélioration des compétences diverses.

Lorsqu'ils acquièrent de nouvelles compétences pour le poste actuellement occupé ou se recyclent pour un nouveau poste, les travailleurs des biens industriels privilégient l’apprentissage en ligne, une tendance commune à toutes les industries figurant dans notre étude.

 

Comment attirer et fidéliser la main-d'œuvre du secteur de l'industrie ?

Les entreprises du secteur industriel ont accéléré leur transition vers le numérique pendant la pandémie, principalement dans le but de s'adapter aux nouvelles méthodes de travail.

Elles doivent maintenant trouver un moyen de rendre ces changements permanents d'une manière qui convienne à la fois à l'entreprise et à une main-d'œuvre divergente. Elles peuvent notamment :

- Élaborer un plan stratégique de main-d'œuvre

- Offrir une certaine flexibilité qui convienne à l'ensemble des employés et à l'entreprise, notamment en repensant les horaires de travail des ouvriers

- Envisager de nouvelles sources de main-d'œuvre, notamment en recrutant des personnes prêtes à travailler à distance dans une autre région

- Cultiver un environnement de travail contribuant à assurer de bonnes relations entre les superviseurs et leurs subordonnés directs, ainsi qu’entre collègues, deux aspects du travail très importants de nos jours pour maintenir un bon esprit de collaboration au sein de l’entreprise.

Les entreprises du secteur de l’industrie doivent tenir compte de ce que leurs travailleurs ressentent et disent à propos du milieu de travail, afin d’utiliser ces informations pour renforcer leur proposition de valeur. Ces changements pourraient entraîner la création de stratégies pour deux groupes d'employés différents, ce qui pourrait se traduire par des politiques plus complexes que par le passé. Mais c'est peut-être ce qu'il faut pour conserver les travailleurs les plus appréciés et attirer les meilleurs talents à l'avenir.

Téléchargez le rapport complet pour comprendre les tendances actuelles qui affectent la main-d'œuvre du secteur de l'assurance, et ce que les assureurs peuvent faire pour attirer et retenir les talents.

Source

Trouvez votre futur emploi

Partagez vos avis

Participez à l'amélioration du site en envoyant vos commentaires:

Vous êtes ?
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de nous permettre d'améliorer votre expérience utilisateur Lire plus