Emploitic, la succes story d’une startup lancée grâce au dispositif ANSEJ

Les deux fondateurs de la startup Emploitic, Louai Djaffer et Metnani Tarik, ont tenu une conférence de presse, lundi matin, pour exposer le bilan de leurs dix années d’activité, l’histoire de leur société, les facteurs clés de leur réussite, ou encore les diverses évolutions qui ont permis l’explosion du recrutement en ligne.

 Le site de recrutement en ligne, Emploitic.com avait été lancé grâce au programme ANSEJ, et coopère aujourd’hui avec l’ANEM, agence avec laquelle elle a signé une convention de collaboration. Outre ces agences gouvernementales, les banques, les médias, les associations patronales avaient également soutenu le projet. 

Depuis 2006 à nos jours, le profil des candidats au recrutement en ligne a notablement évolué : ils sont plus jeunes, et possèdent une maitrise plus précoce des outils informatiques et de télécommunication (il y a environ 10 millions d’algériens connectés à facebook). Du côté des recruteurs, c’est la progression des services d’opérateurs internet qui les mène vers l’utilisation du e-recrutement. Les fonctions elles-mêmes telles que la gestion des ressources humaines,  ont évolué d’un secteur purement administratif à celui qui mène vers ce que l’on nomme «  la guerre des talents ». Auparavant, il était difficile de recruter des talents, mais aujourd’hui une startup comme Emlploitic permet de donner des outils aux entreprises pour mener cette guerre, car il leur était difficile de trouver les bons profils, et surtout les plus talentueux.  
Pour ce faire, l’entreprise ne cesse de mettre à jour et rénover ses techniques : En dix ans, le site change trois fois de version, la dernière étant le web 3.0, nécessitant de nouveaux logiciels, plus compliqués, et comprenant notamment le big data ( gigantesque base de données), le profiling, les objets sociaux etc.

Un bilan positif
Pour illustrer ces tendances, les conférenciers nous citent quelques chiffres significatifs qui comparent l’année de leur lancement avec celle de l’anniversaire de leurs dix ans :  le nombre d’internautes en Algérie est passé de 1 million à 15 millions entre 2006 et 2016, la connexion en moyenne de 128 Ko à 4 Mo, les candidats ( dont 30% sont de jeunes diplômés) de 70 000 à 700 000, les recruteurs de 100 à 8000, le pourcentage de recrutement par rapport au nombre d’offres d’emploi sur internet est quant à lui passé de moins de 5% à plus de 80% ; sachant que 80% des recrutements établis sur le territoire national est couvert par l’annonce internet.  
En 2010, la startup est agréée par le Ministère de l’Emploi, et l’année suivante, elle connait un boom de ses activités. L’équipe, aujourd’hui composée de 55 employés, s’atèle aux diverses tâches qui répondent aux besoins des candidats comme des recruteurs : Création d’une application mobile, diversification des services proposés, enquêtes, présence sur les salons de l’emploi et autres événements, développement à l’international. On annonce d’ailleurs une prochaine activité dirigée vers certains pays d’Afrique.
Au total, environ 70 000 annonces ont été présentes sur le site d’Emploitic cette année, et les pronostics sont d’environ 90 % de signatures de contrats. La boîte, qui se présente comme un intermédiaire neutre entre les candidats au recrutement et les entreprises qui cherchent à recruter, peut affirmer que ses recettes d’investissement augmentent d’environ 10% chaque année, ce qui représente en soi une grande réussite. La première année, 100 personnes avaient trouvé un emploi grâce à Emploitic, cette année le chiffre a été multiplié par 100.

Accompagnement des jeunes diplômés
La société participe aussi de l’accompagnement des jeunes diplômés,  que ce soit pour les aider à élaborer leur CV et lettres de motivation, ou encore dans le conseil des filières susceptibles de répondre favorablement à leur postulation.
Du côté des recruteurs, on peut compter environ 80% de sociétés privées cliente d’Emploitic, et 20% de sociétés publiques, dont la Seaal, quelques filiales de Sonatrach et Sonelgaz, ou encore Algérie Télécom.
En revanche, on peut noter une sensible évolution des secteurs demandeurs des services d’Emploitic. Même si le tertiaire reste en tête, le secteur industriel (principalement celui de l’agroalimentaire)  monte en flèche, tandis que celui du commerce diminue notablement, ce qui s’explique par la conjoncture politique et économique qui voit la baisse des importations, et éventuellement une hausse de la production industrielle. 

Source : maghrebemergent.com 

Partagez vos avis

Participez à l'amélioration du site en envoyant vos commentaires:

Vous êtes ?