5 conseils pour mettre en valeur une année de coupure sur son CV

Ici, nous parlerons de l’année de césure au sens d’une année qui coupe vos études et n’est pas imposée par votre école : cela peut aussi bien être une année de voyage, qu’une année d’études dans un autre domaine, qu’une année de stage ! L’année de césure en stage est déjà imposée dans un grand nombre d’écoles françaises, et chacune d’elle a sa façon d’appeler cette autre année supplémentaire, consacrée à un projet personnel.

Celle-ci intéresse probablement un grand nombre d’entre vous mais la crainte du qu’en dira-t-on et surtout de que pourrait en penser un futur employeur vous angoisse peut-être tout autant. Il est vrai qu’en France, contrairement à un grand nombre de pays, nous n’avons pas vraiment la culture du « gap year ».Mais pas de panique, les mentalités évoluent. Prendre une année de césure et avoir un CV canon sont loin d’être deux choses incompatibles. Tout dépend de la façon dont vous en parlez et vous pouvez y réfléchir avant de partir mais ce n’est pas trop tard pour autant à votre retour. Voilà 5 conseils qui pourraient vous être utiles.

 

1) Jouer la transparence 

 Cette année de césure est un facteur de différenciation aux yeux des employeurs. Il ne sert à rien de chercher à la masquer sur son CV comme s’il s’agissait d’une erreur de trajectoire. Au contraire, elle n’a rien d’handicapant et vous devez plutôt l’assumer et la transformer en un atout qui puisse vous distinguer des autres candidats.

Même une année de césure qui ne se serait pas aussi bien déroulée que vous l’espériez vous a forcément appris quelque chose. Faites-le point dès votre retour en rédigeant une sorte de bilan de votre expérience, puis complétez-le quelques semaines plus tard une fois que vous aurez pris un peu de recul.

 

2) Valoriser le projet en lui-même 

Une année de césure c’est avant tout la réalisation d’un projet. Quel qu’il soit, c’est ce projet qu’il faut chercher à vendre à l’employeur en lui montrant en quoi il peut vous servir pour travailler dans l’institution ou dans l’entreprise. Ce projet montre votre capacité d’initiative mais aussi votre aptitude à vous organiser et à concrétiser un projet d’envergure. En effet, il est rarement évident de trouver un stage, un logement, de planifier un voyage ou bien de trouver une association à l’étranger. Rien que cette première démarche montre que vous disposez d’un certain nombre d’aptitudes.

Concernant le projet en lui-même et la façon dont vous l’avez vécu, détaillez-le de façon claire en mentionnant bien chacune de vos activités. Par exemple, si vous avez travaillé au sein d’une association vous pouvez expliquer l’intérêt de votre poste et détailler chacune de vos missions. L’objectif est que l’employeur comprenne tout de suite là où vous souhaitez en venir, mieux vaut donc valoriser ce qui est directement ou indirectement en lien avec le poste que vous aimeriez décrocher. 

 

3) Mettre en avant les résultats obtenus et compétences acquises 

En quoi cette expérience vous a-t-elle permis de compléter votre formation ? Qu’avez-vous accompli ? Découvert ? Pensez à toutes les choses que vous n’auriez pas pu faire, découvrir ou apprendre sans cette expérience. Soyez prêt à rebondir lors d’en entretien en expliquant cela à votre futur employeur. L’objectif est d’articuler le tout comme une démonstration, de façon la plus rationnelle qui soit. C’est pourquoi les résultats et compétences acquises au cours de votre année de césure parlerons d’autant plus à un potentiel employeur. Il ne faut pas oublier que c’est un professionnel et qu’il est essentiellement intéressé par ce que votre expérience pourra apporter à l’entreprise. Ou encore en quoi cela vous démarque positivement d’un autre candidat.

N’hésitez-pas à argumenter façon « storytelling ». Imaginez que vous racontez une histoire afin de ne pas perdre de vue la nécessité que votre projet ait une cohérence, de sa genèse à sa réalisation, en insistant sur le bilan que vous faites de cette expérience. Il peut également être utile de rattacher ce projet à votre formation pour mettre le tout en cohérence.

 

4) Où le placer dans le CV ? 

L’endroit où vous choisirez de placer cette expérience d’année de césure sur votre CV est significative. Dans la majeure partie des cas, un voyage trouvera davantage sa place dans une partie de votre CV consacrée à vos intérêts. Si vous avez travaillé sur place (bénévolement ou non) alors vous pourrez peut-être plutôt évoquer cette année de césure dans une partie de votre CV consacrée à vos expériences.

Libre à vous de détailler davantage l’expérience vécue lors de cette année de césure dans votre lettre de motivation. Vous pouvez par exemple évoquer l’organisation de ce projet, les raisons qui vous ont poussées à le faire ainsi que ce qu’il vous a apporté sur le plan personnel, quelles qualités ou aptitudes vous a-t-il permit de développer (autonomie, adaptation, ouverture d’esprit, apprentissage d’une nouvelle langue, dépassement de soi…).

A l’occasion d’un stage à l’étranger il peut être intéressant d’évoquer ce que vous avez découvert de la culture du travail à l’étranger lors de cette expérience et en quoi cela renforce votre employabilité. Ou encore en quoi cette année vous a permis de revenir avec un nouveau regard sur certaines problématiques. 

 

5) Ne misez pas tout sur cette expérience

Certains recruteurs et même la plupart seront très réceptifs vis-à-vis de cette expérience mais ce n’est pas le cas de tous. Préparez-vous pour ne pas être déstabilisé lors d’un entretien si la personne en face de vous n’y accorde pas autant d’importance que vous. Soyez prêt à rebondir sur un autre atout au sein de votre parcours ou de vos expériences. Ce conseil s’applique aussi au CV, il ne faut pas que cette expérience occupe une part disproportionnée. Elle est certes importante mais ne doit pas occulter tout ce que vous avez fait avant, elle doit plutôt s’ancrer dans la continuité de votre parcours. Le fait qu’elle occupe une place à peu près proportionnelle à vos autres expériences sur votre CV en renforcera la cohérence.

Préférez le terme « année de césure » ou « année de développement » à celui d’ «année sabbatique ». Certes, ce ne sont que des mots mais ils ont leur importance. L’expression d’année sabbatique est un peu trop connotée vacances ou congés alors que l’année de césure et encore plus celle de développement seront d’autant plus prises au sérieux dans la mesure où votre projet tient la route.

 

Lire l'article à sa source   

Partagez vos avis

Participez à l'amélioration du site en envoyant vos commentaires:

Vous êtes ?